BeIN demande à la Fifa d’agir après le « piratage » saoudien

À la suite d’un piratage de ses chaînes, le groupe beIN Media demande ce lundi 28 mai à la Fifa de poursuivre Arabsat, l’opérateur satellitaire qui les a diffusé sans permission, à l’approche de la coupe du monde de football en Russie. 

La chaîne beIN Media a demandé lundi 28 mai à la Fédération internationale de football de prendre des mesures juridiques contre Arabsat, un opérateur satellitaire basé à Riyad, en Arabie Saoudite. En cause dans cette affaire ? Arabsat retransmet tous les programmes du groupe qatari sans payer pour sur sa chaîne BeoutQ, accessible par satellite, contre un abonnement annuel d’une centaine d’euros.

Un manque à gagner considérable

Tom Keaveny, le directeur général de beIN au Moyen-Orient évoque un signal pirate « transmis par le fournisseur de satellite Arabsat« , dont le principal actionnaire est le royaume saoudien. Toujours selon beIN, ce phénomène a débuté en octobre 2017 et a pris de l’ampleur dans tout le Moyen-Orient et au nord de l’Afrique. C’est un manque à gagner considérable pour le groupe qatari quand on sait qu’en France le coût annuel de sa grille est estimé à 400 millions d’euros, à titre de comparaison.

Cette affaire s’inscrit dans le cadre d’une crise diplomatique sans précédent qui oppose depuis un an le Qatar à l’Arabie saoudite et ses alliés. Ces derniers ont rompu leurs relations diplomatiques avec le petit émirat gazier, en l’accusant d’entretenir des liens avec des groupes islamistes radicaux et de se rapprocher de l’Iran, rival chiite de l’Arabie sunnite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *