Grêle en Gironde : des exploitations viticoles détruites à 100 %

Hier, aux alentours de 13 heures, un orage de forte intensité a frappé la Gironde. Le vent, la pluie et la grêle auraient détruit plus de 6.000 hectares de vignobles. Une catastrophe pour les exploitants de la région.

Selon les témoignages, l’épisode de grêle n’a duré qu’une dizaine de minutes, suffisantes pour causer de lourds dégâts matériels et ravager une part importantes des vignes de la région. La pluie continuait ce matin et pourrait se prolonger sur toute la semaine selon les prévisions météo.

Stéphane Becquet de l’institut technique de l’agriculture biologique décrivait des rameaux cassés et des pieds défoncés sur tout un couloir de passage de la grêle : « Là, tout est perdu, il n’y a pas grand chose à faire. » Concernant les autres secteurs, épargnés par la grêle mais toujours sous la pluie, l’inondation des vignes fait craindre le pire : « L’orage a touché les feuilles, il faut maintenir les vignes et essayer d’en tirer le maximum. »

Déjà en 2013 et en 2009, les intempéries avaient ravagé une partie des récoltes. Des épisodes orageux de plus en plus réguliers. « Cette fois-ci, c’est plus localisé comparé à 2013 mais les dégâts sont plus importants. Les informations que j’ai reçues indiquent qu’on a perdu 50% de l’appellation Blaye et 50% de l’appellation Bourg. »

 

Les exploitations les plus touchées seraient celles de Macau, Blanquefort, Martillac, Bourg et Blaye avec des exploitations quasiment détruites à 100 %.

Dans la foulée de l’annonce des pertes par les vignerons, le ministre de l’agriculture Stéphane Travert a annoncé que le gouvernement leur viendrait en aide, sans s’étendre plus longtemps sur les mesures envisagées. Une conférence de presse de la Fédération des grands vins de Bordeaux est prévue aujourd’hui à 17h30.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *