Le plastique dans le collimateur de l’Union européenne

La Commission européenne a proposé lundi des mesures pour réduire drastiquement l’utilisation d’objets en plastique à usage unique. Elle propose l’interdiction d’une dizaines de produits du quotidien.

Les chiffres font froid dans le dos. 46 milliards de bouteilles en plastique, 16 milliards de gobelets à café, et 36 milliards de pailles sont consommés chaque année en Europe selon Rethink Plastics, une alliance d’ONG pour un avenir sans plastique. A eux seuls, les produits plastiques à usage unique sont responsables de 70 % des déchets marins en Europe.

Crédits Patrick Pleul AFP

La Commission européenne a donc proposé, lundi, l’interdiction d’une dizaine de produits, dont les coton-tiges, les couverts et assiettes en plastique, les pailles, les tiges pour ballons de baudruche. Ils devront désormais être produits uniquement à partir de matériaux plus durables. Les gobelets en plastique seront quant à eux autorisés, uniquement si le couvercle est attaché.

Les Etats membres chargés d’établir des objectifs chiffrés

Ce seront aux Etats membres de mettre en place des objectifs chiffrés de réduction de l’utilisation du plastique, en proposant des produits alternatifs. Les pays membres devront également ramasser 90 % des bouteilles en plastique d’ici 2025.

C’est une nouvelle étape dans la chasse au plastique pour l’Union européenne. Après l’entrée en vigueur d’une législation restrictive sur les sacs en plastique il y a quelques mois, près de trois Européens sur quatre indiquent avoir réduit leur consommation.

Les fabricants devront également mieux étiqueter les produits en indiquant « le mode d’élimination des déchets, les effets néfastes du produit sur l’environnement et la présence de matièresplastiques ». Cette mesure concernerait notamment les lingettes ou les serviettes hygiéniques.

Les propositions de la Commission doivent encore être discutées par le Parlement et le Conseil (qui représente les Etats membres). La Commission aimerait voir la nouvelle directive aboutir avant la fin de son mandat en 2019, pour une entrée en vigueur des règles pas avant 2022.

Rethink Plastics a salué l’initiative de la Commission, même si selon les ONG, elle aurait pu aller encore plus loin. « Il n’y a aucune initiative similaire à cette échelle dans le monde« , a noté Meadhbh Bolger, de Friends of the Earth Europe, l’une des ONG membres de l’alliance. Mais sans objectifs chiffrés au niveau de l’UE pour la réduction des emballages alimentaires et gobelets, »il y a un risque potentiel d’échec.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *