Russie : 14 ans de prison requis contre un journaliste ukrainien accusé d’espionnage

Le parquet russe a requis lundi 14 ans de prison contre Roman Souchtchenko, un journaliste ukrainien arrêté en octobre 2016 et accusé d’espionnage par la Russie, a annoncé son avocat.

« L’accusation a demandé 14 ans de prison« , a déclaré Mark Feïguine, l’avocat de Roman Souchtchenko, auprès de l’AFP. Présenté comme un journaliste par Kiev, il est accusé par la Russie d’être un colonel du renseignement ukrainien. « Ce n’est pas la peine maximale qu’elle pouvait demander, qui est de 20 ans« . Le verdict doit être rendu le 4 juin.

Plusieurs Ukrainiens arrêtés en Russie

« Je pense qu’ils ont pris en compte le contexte d’Oleg Sentsov« , a indiqué l’avocat. Le réalisateur ukrainien a été condamné à 20 ans de prison en Russie pour « terrorisme » et a entamé une grève de la faim mi-mai. « Ils n’ont pas besoin d’une nouvelle grève de la faim et le cas n’est pas si évident. Ils ont visiblement pris en compte les arguments de la défense« .

« C’est très rapide. Je pense qu’ils se dépêchent pour avoir la possibilité d’étudier un échange« . Mark Feïguine évoque le cas de Kyrylo Vychynski, le chef du bureau ukrainien de l’agence de presse publique russe Ria Novosti, qui a été arrêté et inculpé pour « trahison » mi-mai.

« Nous soulignons encore une fois la motivation politique de l’affaire. Nous demandons la libération du journaliste Souchtchenko, otage de l’agression russe« , a réagi sur Twitter la porte-parole de la diplomatie ukrainienne, Mariana Betsa.

Des relations toujours tendues entre Russie et Ukraine

Roman Souchtchenko a été arrêté en octobre 2016 à Moscou par les services de sécurité russes (FSB). Selon le FSB, il « a rassemblé à dessein des informations confidentielles sur les activités des forces armées et de la Garde nationale russe« .

De son côté, l’Ukraine affirme que Roman Souchtchenko, âgé de 47 ans lors de son interpellation, est un journaliste et le correspondant à Paris de l’agence de presse Ukrinform, pour qui il travaillait depuis 2002.

Les tensions entre Moscou et Kiev depuis l’annexion de la Crimée en mars 2014 et le déclenchement du conflit dans l’est de l’Ukraine ont conduit à la multiplication d’arrestations d’Ukrainiens accusés d’espionnage en Russie au cours des dernières années.

Une pensée sur “Russie : 14 ans de prison requis contre un journaliste ukrainien accusé d’espionnage

  • 28 mai 2018 à 17 h 20 min
    Permalink

    14 ans c’est énorme… Difficile pour les journalistes d’exercer leur métier librement sans être accusé d’espionnage dans cette region du monde …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *