VIDEO – Espagne : Mariano Rajoy fixé sur son sort en fin de semaine

Le Parti Socialiste espagnol a rebondi sur une condamnation pour corruption du parti de Mariano Rajoy en déposant une motion de censure, qui sera examinée jeudi et vendredi. Des discussions qui s’annoncent incertaines, en l’absence de majorité forte au Parlement. 

Le vaste scandale de corruption qui a entaché le Partido Popular (PP) de Mariano Rajoy entame son circuit parlementaire. Après une condamnation judiciaire la semaine dernière, le PP va devoir défendre son Premier ministre, Mariano Rajoy. La motion de censure du Parti Socialiste (PSOE) sera votée en fin de semaine. Pour aboutir à la démission forcée de Mariano Rajoy, elle doit être votée à la majorité absolue des députés, soit 176 sur 350.

Des négociations qui s’annoncent difficiles

Le PSOE ne compte que 84 députés et devra donc s’allier à d’autres partis d’opposition s’il souhaite amener la procédure de destitution à son terme. Or Pedro Sánchez, qui se proposera comme candidat à la présidence du gouvernement lors du vote, pourra difficilement compter sur le soutien des indépendantistes basques et catalans, qui cumulent une vingtaine de sièges. Pedro Sánchez a fait valoir à plusieurs reprises son opposition aux mouvements indépendantistes.

Recueillir l’appui du parti Ciudadanos s’avère tout aussi compliqué: le parti centriste, qui compte 32 députés, est favorable à la destitution de Mariano Rajoy, mais ne soutient pas la candidature de Pedro Sánchez. Ciudadanos se dit favorable à des élections anticipées.

Si le PSOE a réussi à obtenir l’appui du Parti de gauche Unidos Podemos, qui compte 67 députés, les tractations politiques s’annoncent difficiles voire impossibles dans les rangs socialistes, selon le site Infolibre: “de plus en plus de dirigeants socialistes sont convaincus que la motion de censure n’aboutira pas”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *