Canal + perd ses droits de diffusion de la Ligue 1, « preuve de leur amateurisme »

Canal + ne diffusera plus la Ligue 1 de footballLa Ligue de football professionnel (LFP) a annoncé, mardi 29 mai, que les droits télévisuels du championnat pour la période 2020-2024 avaient été attribués au groupe espagnol Mediapro. Un problème de stratégie pour le journaliste Raphaël Garrigos, auteur de L’Empire, comment Vincent Bolloré a mangé Canal +.

Pour la première fois de son histoire, Canal + perd les droits de retransmission de la Ligue 1 de football. « Même si on n’est jamais à l’abri d’une surprise, ce n’est jamais arrivé depuis 1984 qu’ils se fassent avoir à ce point ! » réagit le journaliste Raphaël Garrigos. La chaîne estime qu’il n’était pas possible pour elle de payer le montant record de 1,153 milliard d’euros pour ces droits. Sur la période précédente, les droits lui étaient attribués. Ils s’élevaient à 762 millions d’euros. « À ces prix là, c’était complètement déraisonnable » a estimé mercredi matin Maxime Saada, le président du directoire de Canal +, sur Europe 1. Alors que pour Raphaël Garrigos, ce chiffre n’était pas une surprise : « Le chiffre du milliard était annoncé, quand on regarde le prix des championnats européens, ce n’est pas étonnant« .

Selon lui, Canal + n’a pas su évaluer le prix des lots, forme sous laquelle les droits étaient vendus : « Pour moi c’est une preuve de leur amateurisme« . Chaque journée de championnat est divisée en sept lots, dont les prix sont fixés selon leur prestige. Seules deux rencontres ont été obtenues par beIN Sports, le samedi à 21 heures et le dimanche à 17 heures, toutes les autres ont été remportées par le groupe espagnol Mediapro.

Ce problème de décision, Raphaël Garrigos l’analyse par la présence toujours centrale de Vincent Bolloré, actionnaire majoritaire de Vivendi, à Canal + : « Il maîtrise toujours tout, tout seul, c’est ça le problème. Il participe à toutes les réunions, sur chaque sujet, même s’il n’a pas d’expertise, il estime qu’il a un avis et qu’il faut le suivre« .

La fin de Canal + ?

Alors que le football représente l’une des principales motivations d’abonnement à Canal +, la chaîne va devoir trouver une solution pour survivre sans les droits de la Ligue 1. Pour Raphaël Garrigos, il y a plusieurs possibilités, « Mediapro pourrait organiser lui-même la revente de certains de ses lots« , mais il n’est pas sûr que Canal + puisse les racheter : « ils ne vont pas les revendre à perte, il faut que Canal + ait les moyens« . L’autre solution envisageable est que Canal + distribue Mediapro en France : « si Médiapro crée une chaîne 100% foot, Canal peut faire comme avec beIN Sports et la distribuer, car il leur faudra bien un canal de diffusion« .

La fin du monopole de Canal + sur le football, annonce-t-telle la fin de Canal + ? Pour Maxime Saada, pas question de remettre en cause la survie de la chaîne : « Canal était là il y a 30 ans et sera encore là dans 30 ans. (…) Pourquoi ? Parce que je n’ai pas misé 1,153 milliard« . Pour Raphaël Garrigos, « C’est difficile à dire« , « ils se sont mis eux-même dans une position compliquée« . La chaîne compte miser sur le cinéma, son autre point fort : « nos abonnés regardent essentiellement le cinéma et les séries » estime Maxime Saada. Mais elle est aussi en difficulté côté cinéma. Avec la concurrence de la plateforme Netflix, « Canal + a raté le tournant Netflix. Ils ne l’ont pas vu venir » analyse Raphaël Garrigos.

La chaîne est en perte constante d’abonnés. Depuis l’arrivée de Vincent Bolloré en 2015, la chaîne a perdu un million d’abonnés. Une baisse qui s’accélère. Depuis un an, ils sont 500 000 à s’être désabonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *