L’Iran donne deux mois à Total pour une exemption des sanctions américaines

Téhéran a donné deux mois à Total pour obtenir des États-Unis une exemption des sanctions. En jeu : la participation du géant pétrolier dans l’exploitation du champ gazier de Pars-Sud.

Le ministre iranien du Pétrole a donné 60 jours à Total pour que les sanctions américaines appliquées au pays soient levées. « Total a 60 jours pour négocier avec le gouvernement américain », a déclaré Bijan Namdar Zanganeh, cité par l’agence de presse de son ministère, Shana. « Le gouvernement français peut lui aussi tenir des négociations avec le gouvernement américain durant ces 60 jours pour obtenir que Total reste en Iran », a-t-il ajouté.

Les États-Unis ont annoncé début mai le retour des sanctions américaines contre l’Iran, qui dispose des deuxièmes réserves mondiales de gaz après la Russie. Le retrait par Donald Trump des États-Unis, de l’accord sur le nucléaire iranien impose aux entreprises travaillant avec l’Iran, un délai de 90 à 180 jours pour quitter le pays.

Total souhaite obtenir une dérogation

Un accord de 4,8 milliards d’euros a été conclu en juillet 2017 entre le géant pétrolier et le gouvernement iranien. Il permet à Total de détenir 50,1% des parts du consortium pour le développement d’une phase du site de Pars-Sud.

La compagnie pétrolière avait averti qu’elle mettrait fin à son projet gazier en Iran à moins d’obtenir une dérogation de la part des autorités américaines, avec le soutien de la France et de l’Union européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *